Couches lavables et autres produits plus écologiques, plus économiques et plus sains.

Billets dans la catégorie Non classé

Bebiomena au Festival Tam Tam les 27 et 28 septembre 2017

Jeudi 27 et mercredi 28 septembre va se tenir à Rennes, sur l’esplanade Charles de Gaulle, le Festival Tam Tam, le festival des bons plans pour les nouveaux étudiants rennais organisé par le CRIJ.

Les Festival Tam Tam

Le festival Tam Tam permet à tous les jeunes arrivants de découvrir la ville de Rennes et tous les bons plans qui existent pour profiter au mieux de son année à Rennes. Tous les domaines y seront abordés : le logement, les déplacements, les droits des étudiants, les sorties et même des astuces pour faires des économies au quotidien.

Bebiomena au festival Tam Tam

Bebiomena interviendra justement sur ce dernier point : comment réduire ses déchets dans la salle de bain et la cuisine tout en réalisant des économies ! Rendez-vous sur le stand Bebiomena pour découvrir des alternatives à ce qu’on appelle les textiles sanitaires (protections féminines, sopalin, coton, lingettes, éponges, coton-tiges, etc.) et tous les conseils pour bien s’équiper et bien les entretenir. Ces textiles sanitaires représentent tout de même 30% du contenu des poubelles sur Rennes Métropole. En les remplaçant par des produits durables et responsables, on réduit le volume des poubelles et on réalise de belles économies !

Infos pratiques : entrée gratuite

Mercredi : 14h-19h

Jeudi : 14h-20h (puis grande soirée de clôture)

Plus de renseignements sur le site du CRIJ

Un nouveau rendez-vous à Rennes : le Café Papote !

Aujourd’hui, lundi 4 septembre, c’était la rentrée de nos chères têtes blondes mais aussi celle de Bebiomena ! Vous pourrez me retrouver ce soir à La Parenthèse pour le premier atelier de la saison consacré aux couches lavables. Si toutes les dates des prochains ateliers ne sont pas encore totalement calées, des nouveautés sont à noter pour cette rentrée !

Aujourd’hui, je vous présente le « Café Papote ». Il s’agira d’un rendez-vous régulier au Café Albertine pour venir discuter et échanger de vos pratiques sur les couches lavables, les protections féminines, et autres textiles réutilisables. Ces rendez-vous ne seront pas des ateliers, mais vraiment des moment d’échanges et de discussion pour les familles utilisant déjà ces produits mais qui souhaiteraient poser quelques questions ou tout simplement témoigner de leur expérience.

Le premier Café Papotte est fixé au vendredi 22 septembre à 10h. Ce rendez-vous est gratuit, il est seulement demandé de prendre une consommation au Café Albertine. Le nombre de place étant limité, il est nécessaire de réserver sa place via le formulaire de contact ou par téléphone 06.11.27.32.44.

Au plaisir de vous y voir ou revoir nombreux !

 

Les vacances touchent à leur fin

Le mois d’août est déjà bien entamé et l’emploi du temps commence à se remplir sérieusement pour le mois de septembre.

En attendant de pouvoir vous dévoiler le planning des ateliers pour le mois de septembre, je vais vous faire patienter en dressant un petit bilan zéro déchet (ou pas) de mes vacances.

Couches lavables

Sur les 4 semaines passées à l’extérieur de la maison, ma fille aura fait du 50/50 entre les couches lavables et les couches jetables.

Pendant deux semaines, l’utilisation des lavables a été très facile. Un bon sac à couches pour les stocker discrètement dans un coin de la chambre ou de la salle de bain et un bon lave linge à disposition.

Le reste du temps, pas de lave-linge digne de ce nom à utiliser. Seulement une machine basic, qu’on ne pouvait utiliser qu’en cycle rapide à 30°C. Donc plutôt que des couches mal lavées, j’ai opté sans hésiter pour des jetables.

A noter pour une prochaine fois : emporter suffisamment de jetables avec soi pour ne pas devoir racheter un paquet sur place (à l’étranger) qui risque de provoquer des réactions allergiques… Ma fille a assez mal supporté les jetables italiennes mélangées aux 38°C de l’air ambiant. J’ai donc dû lui mettre quelques couches lavables pour permettre à sa peau de respirer et, franchement, les lavables en bambou à essorer à la main,  on ne m’y reprendra pas !

Le remplissage des poubelles

Ah… le remplissage des poubelles quand on n’est pas chez soi… et pas encore bien organisé… Bilan déplorable. On remplissait en une journée une poubelle équivalant à dix jours de déchets à la maison ! Pas de composte, pas de produits en vrac, des couches jetables, etc.

Les points positifs

Les gourdes à compote Squiz ont bien fonctionné pendant les vacances pour les goûter ou les pique-nique des enfants  surtout lorsque nous nous sommes retrouvés dans une ville méconnaissant les fruits mûrs… (bon, nous sommes arrivés après le marché et repartis avant le marché suivant…)

Les gourdes à eau que nous avons utilisées et réutilisées pendant notre séjour en Italie ! Top pour faire boire les enfants en voiture également !

Le savon de Marseille qui m’a permis de faire disparaître quelques taches plus efficacement qu’une machine en cycle rapide à 30°C  et de pouvoir utiliser d’un bout à l’autre des vacances les lingettes et cotons lavables !

Les bonnes résolutions des vacances

Après deux semaines passées en couches jetables, sans composte, sans produits en vrac, sans marché, etc. Eh bien, nous sommes rentrés avec l’envie de faire encore mieux à la maison. Et nous n’avons pas perdu de temps puisque dès le lendemain de notre retour nous sommes partis à la cueillette de Thorigné faire le plein de fruits et légumes pour préparer de bons plats maison et nous lancer dans la confiture maison !

Et vous ? Votre bilan des vacances et vos envies pour la rentrée ?

Les produits Lamazuna sont arrivés chez ApiNapi !

Lamazuna est la boutique de cosmétiques solides que nous avons visitée lors du séminaire des NapiAngels au mois de janvier. Je vous en parlais ici.

Lamazuna, qui signifie « jolie jeune fille » en géorgien, a été créé par une jeune femme vendéenne avec la volonté de réduire les déchets dans sa salle de bain sans se priver de produits cosmétiques de qualité. Leurs produits sont bios, même s’ils ne portent pas encore tous le label.

Les produits Lamazuna chez ApiNapi

Si je vous parle de Lamazuna, c’est parce que certains de leurs produits ont fait leur apparition sur le site ApiNapi ! Vous pourrez y trouver des cosmétiques comme les shampoings, le déodorant ou le dentifrice solide. Mais aussi la cup qui a pour particularité d’être vraiment très souple. L’oriculi est égalemet un objet a décourir puisqu’à lui seul, il remplace plusieurs centaines de coton-tiges ! Il s’agit tout simplement d’un petit bâtonnet en bambou qui permet de retirer le surplus de cérumen à l’entrée de l’oreille. Et l’oriculi est utilisable à vie !

Lamazuna et la réduction des déchets

Et je partage également avec vous cette image produite par Lamazuna qui permet de nous faire prendre conscience de la quantité de déchets que l’on peut éviter grâce aux alternatives aux produits jetables !

Pour ma part, j’ai testé le shampoing pour cheveux secs (éternel problème chez moi) et je l’ai adopté ! L’huile de ricin qu’il contient me laisse vraiment les cheveux soyeux.

 

Vous les trouverez donc sur le site www.apinapi.fr et en me contactant, je peux vous faire bénéficier d’une remise sur votre commande.

A vous de tester et de les adopter !

L’eau et les perturbateurs endocriniens

Hier soir, j’ai eu la chance d’assister à une conférence organiser par l’association Nature en ville sur l’eau du robinet et les perturbateur endocriniens.

Il a été dit hier soir, que 10% des perturbateurs endocriniens que l’on absorbe au cours d’une journée proviennent de l’eau. Les 80 autres pour-cent viennent de notre alimentation, de l’air que l’on respire, des cosmétiques, des produits ménagers, etc.

Alors, c’est vrai que je suis allée à la conférence en espérant y voir plus clair entre l’eau du robinet et l’eau en bouteille. Hélas, je n’ai pas vraiment eu de réponse car l’eau du robinet et l’eau en bouteille contiennent toutes deux des perturbateurs endocriniens… et que la questions des nitrates n’étaient pas à l’ordre du jour.

Ce que j’ai retenu

Mais si aujourd’hui, je ne suis toujours pas certaine de l’eau que je dois faire boire à mes enfants, il y a une chose dont je suis sûre : c’est qu’il faut absolument changer nos modes de consommation ! Hier soir, Bernard Jégou, directeur de l’Irset, disait qu’il ne fallait pas attendre une réglementation sur l’eau qui n’arrivera peut-être jamais mais que le mieux était d’essayer de diminuer son exposition aux perturbateurs endocriniens au quotidien. Moins nous utiliserons de produits contenants des perturbateurs endocriniens, moins de perturbateurs endocriniens seront relâchés dans la nature et moins nous en absorberons. Il faut donc inverser la tendance et rétablir un cercle vertueux pour dépolluer notre planète et arrêter de nous intoxiquer.

Ce qu’on peut changer

Concrètement, limiter les perturbateurs endocriniens, c’est éviter les plastiques (et donc privilégier les contenants en verre), c’est revenir à des produits de cosmétiques plus simples (souvent produits solides car ils ne contiennent pas de conservateurs par exemple), limiter les produits ménagers (vive le vinaigre blanc !), acheter des produits alimentaires bios et locaux qui sont cultivés de manière responsables et qui ne polluent pas les cours d’eau, etc.

Mes actions professionnelles et personnelles

Alors, à titre professionnel, je suis encore plus convaincue de l’importance d’aider parents et collectivités à découvrir des alternatives aux produits jetables. Car oui, dans les couches pour enfants et les protections féminines, il y a aussi des perturbateurs endocriniens !

Et puis, à titre personnel, je continue à réduire mes déchets, à faire mes yaourts, mon pain, les goûters des enfants, la lessive, les produits ménagers. Je continue à m’approvisionner chez les producteurs locaux et responsables. J’essaie de faire un effort pour laisser la voiture au garage et privilégier vélo et transports en commun. Et vous ? Où en êtes-vous ? Quels sont vos prochains objectifs ?

Rester informé grâce à la newsletter

O’nidou

  • vendredi 11 janvier de 14h à 15h30

Découverte des couches lavables chez O’nidou (quartier St Hélier).

Renseignements et réservations : www.onidou.fr

Café Albertine

  • lundi 21 janvier de 10h à 11h30

Lieu : 10, rue Lanjuinais à Rennes

Tarif : 15 euros par famille

Inscription : contact  ou 06.11.27.32.44

Réseaux sociaux

Rejoignez-moi sur Facebook et Twitter en suivant les compte BEBIOMENA.